fbpx

Mincir en grande Forme

Mincir en grande forme

Avec l’arrivée de l’été penser à sa silhouette est légitime. Il est temps d’éliminer les kilos superflus pour retrouver le bien-être. 


Mincir SANS faire un régime draconien est possible et à la portée de chacun.


Les origines de la prise de poids

Les mauvaises habitudes alimentaires, les modes de vie inadaptés, le manque d’exercice physique sont souvent les causes de la surcharge pondérale. (Autres facteurs intervenant dans la prise de poids : l’arrêt du tabac, les modifications hormonales, les chocs psychologiques, les prises médicamenteuses…)

Pendant l’hiver notre corps a stocké, les besoins énergétiques étant plus important. 

Puis le processus s’inverse pour préparer l’été. Le corps a besoin de s’alléger, le sang DOIT ETRE fluide et dépollué.


Comment trouver le bon équilibre ?

Après avoir drainé notre organisme et refait la flore intestinale, il conviendra de modifier l’apport calorique. Un minimal de nutriments étant nécessaire afin de ne pas induire de carence. Ce besoin minimum varie pour chaque individu selon ses caractéristiques propres et ses activités.

Il faut privilégier les bonnes graisses (celle des poissons, les huiles végétales 1er pression à froid), les glucides ayant un index glycémique bas, les protéines maigres (jambon blanc, volaille, légumes secs).

Pourquoi proposer un apport supplémentaire de protéines ?

Elles font brûler plus de calories, réduisent aussi l’appétit, empêchent la fonte musculaire.

En effet, la production de corps cétoniques (via la métabolisation des protéines) supprime la faim et les pulsions alimentaires.

Quant à l’index glycémique ? 


L’indice glycémique (ou IG) est un classement alternatif des aliments, non pas selon leur taux calorique mais selon la rapidité avec laquelle ils font varier le taux de sucre dans le sang.

  • Quelques conseils pour un apport équilibré (au regard de l’IG).

A la plupart des repas consommez :

  • Des oléagineux (aliments à base de céréales complètes), des fruits et légumes – A volonté

  • Des noix et légumineuse – 1 à 2 fois par jour

  • Les poissons/volailles/œufs – jusqu’à 2 fois par jour
  • 
On limitera les laitages à 1 par jour
  • Et occasionnellement viande rouge, riz blanc, pommes de terre, pates et sucrerie.
 

  • Est-il important d’effectuer un vrai repas ?

OUI…

La mastication est un élément important qui intervient dans la sécrétion des sucs digestifs et qui est nécessaire pour ressentir le sentiment de satiété. 

Donc il faut prendre le temps de manger. Et manger en ayant une notion de PLAISIR et non de frustration. Privilégier les repas fait maison, ainsi vous pouvez manger des aliments saisonniers, pleins de vitamines (et vous maitrisez mieux l’apport en sel/sucre et le type de cuisson).


Le stress est-il un frein ?

Oui dans certain cas l’anxiété, le stress perturbent le mécanisme de l’assimilation des sucres et graisses. 

A ce dérèglement peut aussi s’associer des pulsions alimentaires (plutôt organisées vers le sucre). La personne mange de façon compulsive afin de palier à une détresse psychologique. Il existe, dans ce cas, une notion de réconfort alimentaire, qui n’est en fait qu’un leurre.

Pour les cas énoncés, il convient donc de se relaxer. 

La perte de poids doit être accompagnée d’une prise en charge PLAISIR. Penser à vous et ne pas cogiter sur le poids indiqué sur la balance tous les matins. Penser à se faire masser. 


Le Tuina minceur est un excellent soin qui allie massage du ventre en douceur pour les tissus, drainages des organes, points d’accupression pour un travail de régulation du métabolisme et de l’énergie mais aussi ventouses pour renforcer l’élimination lymphatique, la délocalisation graisseuse et lutter contre la cellulite.

La réflexologie faciale peut aussi vous aider pour renforcer l’effet starter de la perte de poids. Une série de 5 séances joue un rôle de booster, liant une prise en charge des pulsions ainsi qu’une action sur le métabolisme.

Pensez bien sûr à vous HYDRATER, le sentiment de soif est associé au sentiment de satiété. Si vous ressentez la soif, vous connaissez la vraie sensation de faim. Il faut savoir ce qu’est la faim, pour éviter le grignotage. 

L’apport d’eau est nécessaire pour un fonctionnement harmonieux du métabolisme. Moins vous buvez d’eau plus l’organisme en système de défense stocke l’eau. 


C’est alors un cercle vicieux…


Dormez-vous bien ? 


Durant la nuit votre organisme consomme du glucose pour se régénérer. 

De plus des chercheurs de l’université de Warwick*1 ont récemment découvert que la privation de sommeil pouvait conduire à l’obésité. En effet un manque de sommeil entraine une production accrue de Ghrénine (hormone qui stimule l’appétit) et de surcroit cette perturbation du sommeil induirait aussi une diminution de la Leptine (hormone qui supprime l’appétit).

Il faut donc avoir une quantité et une qualité de sommeil adéquate pour favoriser la perte de poids.


Et si les plantes pouvaient aussi nous aider ?

  • Hoodia Gordonii pour manger moins, sans effort et limiter notre ration alimentaire.
  • Ficus Carica, Papaye sont d’excellent désinfiltrants.
  • Ananas permet de désinfilter les tissus œdémateux ou congestionnés.
  • Curcuma est indiqué dans le traitement de la cellulite.
  • Algues sont favorables pour la délocalisation de la cellulite.
  • Thé vert active la lipolyse donc la fonte des graisses.
  • Fenouil permet d’atténuer les ballonnements et les maux d’estomac.


Et l’activité sportive ?

Evidement si vous souhaitez renforcer votre perte de poids et la faire tenir dans le temps l’activité physique est le complément idéal. 


Bien-sûr cela va favoriser la fonte des graisses, tonifier vos muscles, regalber votre silhouette et vous faire sécréter des endorphines, hormones du plaisir.

Quelques exemples de dépense énergétique par heure (en moyenne)

  • Jardinage : 150 à 200 Cal
  • Vélo : 350 à 500 Cal
  • Jogging : 400 à 600 Cal
  • Natation : 200 à 300 Cal
  • Tennis : 300 à 400 Cal
  • Marche rapide : 150 Cal


En vous souhaitant un été plein de légèreté, soyez bien dans votre corps !


Sources :

*1 – Michelle A Miller, Marlot Kruisbrink, Joanne Wallace, Chen Ji, Francesco P Cappuccio. Sleep duration and incidence of obesity in infants, children, and adolescents: a systematic review and meta-analysis of prospective studies Michelle A MillerDivision of Health Sciences (Mental Health and Wellbeing), Warwick Medical School, University of Warwick, Coventry, UK, Sleep, Volume 41, Issue 4, 1 April 2018, zsy018.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *