fbpx

Vieillir en Harmonie

LES 10 COMMANDEMENTS POUR VIEILLIR EN HARMONIE

Oui notre espérance de vie grandit, mais ce qu’il faut avant tout, c’est vivre en forme ! En effet ce n’est pas un gain d’années de vie, mais « bien vieillir » qui est important. La recherche est alors de réduire le handicap causé par les maladies liées à l’âge, être en accord avec ses limites génétiques et tenter de les dépasser et surtout activer le métabolisme afin de vivre mieux et plus.

S’il est admis que l’on peut vivre jusqu’à 100 ans, nous avons dans notre entourage des centenaires capable de témoigner sur ce fait, il est plus difficile de savoir quelle est la limite de vie de l’être humain. Il semble que le nombre de 120 ans soit celui qui fleurit dans de nombreux esprits scientifiques. Des études ont démontré que les cellules humaines ne peuvent se diviser indéfiniment et donc l’être humain ne peut vivre éternellement (Professeur Haylick, université de Californie, 1961).

Il est une certitude si l’homme désire vivre plus longtemps, il ne souhaite pas pour autant vieillir. En effet dans les croyances coutumières vieillir est synonyme de rides, impossibilité à se mouvoir, difficulté à jouir de la vie et aussi de maladie.

Alors que faire ?

Notre corps commence à vieillir dès 18-20 ans. C’est vers la cinquantaine que l’effet du vieillissement sur nos cellules se fait sentir. Il est donc intéressant de veiller à notre bien-être.

Voici donc 10 commandements pour vieillir en harmonie :

1° EVITER LES FACTEURS DE VIEILLISSEMENT PRECOCE

Une prévention efficace en luttant contre les principaux acteurs du risque de vieillissement tels que le tabac, le surpoids et le soleil. 

Le tabac contribue à augmenter la mortalité en s’attaquant au système cardiovasculaire et respiratoire.

Le surpoids favorise l’apparition de facteurs de risque supplémentaire. On dit que surnourrir un enfant, c’est déjà décider de son avenir de vieillard.

Le soleil accélère la maturation de la peau, l’apparition des rides, provoque l’apparition de mélanome et accentue la dégénérescence maculaire.

L’alimentation : nous consommons de plus en plus de produits transformés qui sont paradoxalement considérés comme des calories « vides ». C’est-à-dire que l’apport en énergie est suffisant voir excédentaire mais les protéines, sels minéraux, vitamines contenus sont difficilement assimilables par notre organisme. D’où l’intérêt des micronutriments connus pour agir sur le vieillissement (associés, bien-sûr, à des menus riches en fruit, légume et produits non raffinés).

2° Faire de l'exercice

On estime que la pratique dune activité physique régulière divise par deux le risque de mortalité chez les sexagénaires. La marche est facile à pratiquer et l’exercice accroit la production d’hormone, ce qui favorise la longévité.

3° RESTER OPTIMISTE

Être « jean qui rit » est mieux que « jean qui pleure ».
Le fait de vivre les épreuves de la vie avec recul et philosophie, permet de limiter la sécrétion de gluco-corticoïdes, hormone qui accentue certaines déficiences métaboliques. Les optimistes auraient de meilleures défenses immunitaires et résisteraient donc mieux aux pathologies.

4° Notre régime alimentaire

On a beaucoup évoqué le régime crétois, c’est en fait une alimentation méditerranéenne tout à fait accessible pour nous. Elle comprend une base de céréale, de légumes secs et frais, de fruits, d’huile d’olive, du poisson, des produits laitiers (lait de chèvre et de brebis), un peu de viande d’agneau et de chèvre, des œufs et de la volaille. Une consommation modérée de vin chez l’homme réduit le risque global d’AVC. (L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération).

5° La quantité

Tout en ayant un régime alimentaire équilibré il est bon de respecter la quantité ingérée. En effet, trop manger engage un processus de fatigabilité des organes, tel le foie qui surchargé ne peut plus éliminer les toxines, ainsi elles séjournent dans l’organisme qui à son tour se fatigue inutilement. De plus la métabolisation en vieillissant devient plus lente, la nécessité de mieux doser notre assiette est donc essentielle.

6° SURVEILLER NOTRE CAPITAL HORMONAL

A la ménopause notre taux hormonal se modifie. Physiologiquement, la sécrétion baisse dès 50 ans et devient très basse avant 60 ans, aussi bien chez l’homme que la femme. La réflexologie plantaire peut vous aider dans la stimulation de l’organisme et aussi vous soulager des maux inhérents à la pré-ménopause voir ménopause. En phytothérapie ou en homéopathie, il existe aussi des possibilités de prise en charge.

7° PIEGER LES RADICAUX LIBRES

Les radicaux libres sont générés en permanence par notre organisme mais les agressions de notre environnement telles que la fumée de cigarette, les UV, l’alcool, certains médicaments et la pollution (gaz toxiques et métaux lourds) augmentent leur formation.
Nocifs en raison de leur très grande réactivité, ils induisent une réaction en chaîne qui attaque les structures (ADN, protéines et lipides). Les dégâts engendrés provoquent des dysfonctionnements voire la mort de la cellule. Les antioxydants sont des composés capables de neutraliser les radicaux libres avant qu’ils s’attaquent à des molécules vitales. Il est donc bon de reconstituer les réserves de l’organisme, soit par l’alimentation soit par la consommation de compléments alimentaires.

La vitamine C, la vitamine E, le sélénium, le cuivre, le zinc, le manganèse sont autant de molécules au pouvoir antioxydant.

8° ETRE EN ACCORD AVEC NOTRE HORLOGE BIOLOGIQUE

Les mécanismes fonctionnels organisés autour de notre rythme biologique sont génétiquement déterminés. Il semble qu’un dispositif précis joue un rôle dans le vieillissement. Il s’agit des télomères, partie terminales de chacun de nos chromosomes, supports de l’hérédité. A chaque division cellulaire, ces extrémités perdent un bout de leurs constituants, et quand il ne reste plus rien, les cellules ont atteint leur limite maximale. Il est donc bon de comprendre son propre mécanisme afin de respecter au mieux notre organisation interne. Le cycle circadien est la meilleure démonstration de notre horloge interne à respecter.

9° SAVOIR TIRER LES LEÇONS DE NOS GENES

La découverte de gènes de longévité débouche sur la connaissance des mécanismes qu’ils contrôlent. Certaines substances vont protéger et réparer les gènes. D’autres sont des boucliers (ceux qui contiennent du gluthation-acide aminé soufré). On en trouve dans l’ail, l’oignon, l’asperge, le jaune d’œuf. L’action est très large sur le plan immunitaire. Les crucifères comme le brocoli, le chou contiennent de la lutéine qui répare les gènes endommagés. Tout cela, à ce jour,  nous apporte un espoir dans le cadre des thérapies géniques. 

10° SAVOIR S’ECOUTER

Apprendre à écouter son corps, son esprit, son âme pour être en harmonie avec soi-même. Prendre le temps de communiquer avec son soi profond, se respecter. Se revitaliser en douceur pour faire de tous les moments de vie des instants de bien-être. 

Vous voici prêt à pétiller la vie ! 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *